Park Lawn fait appel aux marchés publics pour alimenter sa croissance à long terme
Auteur : Ryan Thomas, chef, Développement des affaires – Industries diversifiées,
Bourse de Toronto et Bourse de croissance TSX
TSX 30 POV

Si l’on vous dit « secteurs en croissance », vous penserez probablement aux sociétés technologiques qui bouleversent nos vieilles façons de faire, ou peut-être aux groupes immobiliers qui bénéficient de la vigueur du marché immobilier commercial.

Mais il y a gros à parier que le secteur funéraire ne vous viendrait pas en tête.

Pourtant, Park Lawn Corporation (TSX : PLC), le plus grand propriétaire et exploitant canadien de services funèbres, de crémation et d’inhumation coté en bourse, réalise précisément le genre de croissance rapide qui suscite l’intérêt des investisseurs, et ce, tout en faisant preuve d’excellence.

Plus tôt cette année, la société torontoise a figuré au palmarès de la première édition du TSX30, un classement des 30 sociétés les plus performantes inscrites à la Bourse de Toronto (TSX) sur une période de trois ans, désignées selon l’appréciation du cours de l’action ajusté en fonction du dividende. L’action de Park Lawn a fait un bond de 131 % au cours de cette période, et son rendement total depuis 2013, qui comprend l’appréciation du cours ainsi que les dividendes et les distributions, a progressé de façon encore plus impressionnante en surpassant les 300 %.

Depuis qu’il est devenu chef de la direction de Park Lawn en 2013, Andrew Clark s’est lancé dans une expansion commerciale énergique qui s’appuie sur une stratégie à trois volets, soit l’acquisition d’entreprises, la croissance organique et l’amélioration des marges. Entreprise locale relativement petite à ses débuts, Park Lawn est aujourd’hui présente à l’échelle de l’Amérique du Nord et œuvre dans 5 provinces canadiennes et 14 États américains.

Andrew Clark est d’avis que l’accélération notable de la croissance de Park Lawn est attribuable à sa capacité de réunir des fonds par l’entremise de la TSX. Bien que Park Lawn ait évolué comme société ouverte sous différentes formes bien avant l’entrée en fonction d’Andrew Clark, l’équipe de la direction a décidé en 2013 de se diriger vers la TSX et son vaste bassin de capitaux pour son cheminement à long terme.

« Notre ambition a toujours été de faire croître la société, explique Andrew Clark. En accédant aux marchés des capitaux par l’entremise de la TSX, nous avons pu réaliser nos plans plus rapidement que prévu. »

Cette façon de faire était justifiée par trois grandes raisons.

D’abord, Park Lawn était à l’époque une fiducie de revenu qui versait un dividende mensuel dans un contexte de faibles taux d’intérêt.

« Cela nous a permis de dire aux investisseurs : “Écoutez, nous avons un plan de croissance et nous offrons un rendement très intéressant et durable. Nous allons vous verser un dividende pour que vous patientiez pendant que nous réalisons notre stratégie de croissance.” »

Deuxièmement, les émetteurs publics se faisaient rares dans le marché des services funèbres. En Amérique du Nord, on n’en comptait que six. Après 2014, Park Lawn était la seule voie directe pour les investisseurs qui voulaient investir dans ce marché, « ce qui impliquait que nos caractéristiques étaient foncièrement justifiables », ajoute Andrew Clark.

Enfin, la dernière raison, mais non la moindre, est que de par sa fragmentation, le secteur funéraire est largement constitué de petites entreprises à capital fermé, qui sont souvent familiales. Comme l’acquisition d’entreprises constituait l’un des trois volets de la stratégie d’entreprise, les marchés publics offraient à Park Lawn une monnaie intéressante pour la réalisation de ses transactions. Depuis, la société a produit un effet de regroupement au sein du secteur. Pendant la seule année de 2018, Park Lawn a consacré 275 millions de dollars à l’acquisition d’entreprises, et au deuxième trimestre de 2019, elle y a affecté un autre 170 millions de dollars.

Les marchés publics offrent aux entreprises une période d’incubation et un accès à un capital permanent

En tant que société ouverte, Park Lawn a d’abord été inscrite à la cote de la Bourse de croissance TSX (TSXV), puis en 2016 elle est passée au marché à grande capitalisation. « Ce parcours est assez inusité si l’on regarde la plupart des autres petites et moyennes entreprises au Canada, observe Ryan Thomas, chef du développement des affaires pour le secteur des industries diversifiées à la TSX. En réalité, peu de chefs de la direction et d’entrepreneurs envisagent la possibilité d’une entrée en bourse tôt dans le développement de leur entreprise. »

Bien des entreprises croient qu’elles doivent être en mesure de réaliser un premier appel public à l’épargne de grande envergure et retentissant avant d’envisager cette avenue.

Cependant, si une entreprise en démarrage qui recherche des capitaux écarte d’emblée cette possibilité, elle pourrait se retrouver entre les mains de sociétés de capital de risque ou de sociétés de capital-investissement qui l’obligeront à être vendue ou à réaliser une sortie au bout d’à peine quelques années. Cela peut avoir de profondes répercussions, qui ne sont pas nécessairement favorables, sur la stratégie d’entreprise et la manière dont elle entend croître.

« La TSXV permet quant à elle aux entreprises de bénéficier d’une “période d’incubation” durant laquelle elles pourront établir les fondements stratégiques de leur croissance et s’habituer à communiquer leurs résultats régulièrement et à se conformer aux autres obligations de divulgation de l’information, souligne Ryan Thomas.

Au cours des premières années, l’entreprise peut progressivement mettre en place son équipe et établir sa réputation sur les marchés publics avant de faire sentir sa présence plus fortement auprès des investisseurs et des analystes. »

Park Lawn constitue un excellent exemple de société qui a su se servir de la TSXV comme pivot lorsqu’elle a délaissé sa structure fiduciaire en 2011. Elle a redéfini sa structure tout en réalisant une croissance importante, laquelle s’est accélérée après son passage à la TSX grâce aux capitaux plus importants et à la couverture des analystes plus étendue qu’offre ce marché.

De fait, le choix d’une transition selon un rythme dosé constitue l’une des raisons pour lesquelles Park Lawn a choisi la voie des marchés publics tôt dans son développement, explique Andrew Clark.

« Même si les actionnaires changent, les capitaux sont permanents, et c’est là l’une des caractéristiques des marchés publics que nous estimons, car elle est extrêmement intéressante. »

Les renseignements qui figurent dans le présent document sont fournis à titre informatif seulement. Ni Groupe TMX Limitée ni ses sociétés affiliées ne garantissent l’exhaustivité des renseignements qui figurent dans le présent document ou la présente présentation et ne sont responsables des erreurs ou des omissions que ceux-ci pourraient comporter ni de l’utilisation qui pourrait en être faite. Cette présentation ne vise pas à offrir des conseils de placement ou des conseils d’ordre juridique, comptable, fiscal ou autre, et on ne doit pas s’y fier à de telles fins. L’information présentée ne vise pas à encourager l’achat de titres inscrits à la Bourse de Toronto ou à la Bourse de croissance TSX. Le Groupe TMX et ses sociétés affiliées ne cautionnent ni ne recommandent les titres mentionnés dans le présent document.

© TSX Inc., 2019. Tous droits réservés. Il est interdit de copier, de distribuer, de vendre ou de modifier le présent document ou son contenu sans obtenir le consentement écrit préalable de TSX Inc. TMX, le logo de TMX, Groupe TMX, Bourse de Toronto, TSX, Bourse de croissance TSX et TSXV sont des marques de commerce de TSX Inc.

Retour aux rubriques