Trois conseils fiscaux pour la fin d’année financière

Par Evelyn Jacks

CONSEIL 1 : Terminer l’année sur une bonne note fiscale

Êtes-vous de tous ceux qui ont peur de négocier avec l’Agence du revenu du Canada (ARC)? Cachez-vous les lettres que vous recevez du service du fisc dans le tiroir le plus éloigné possible en espérant qu’elles vont disparaître? Malheureusement, si vous avez des biens locatifs ou une PME, vous allez fort probablement recevoir un lettre prochainement, mais il n’y a rien à craindre, si vos rapports d’impôt ont été remplis correctement.

Le service de vérification vous contactera pour vous demander de revoir vos déclarations de revenus et dépenses reliés spécifiquement à vos activités de location et/ou d’affaires et vous demander de modifier vos remboursements, si vous souhaitez apporter des changements à quelques chiffres qui s’y rapportent. Il s’agit d’un bon moyen pour que vous évitiez les pénalités au cas où les revenus seraient sous-estimés ou les dépenses surestimées.

Sachez que vous disposez aussi de 10 ans pour redresser d’autres erreurs ou omissions qui vous ont coûté de l’argent. Veuillez simplement contacter le service du fisc par lettre ou en remplissant le formulaire T1ADJ ou par l’entremise du service en ligne Mon dossier. Sachez que 2010 est la dernière année pour effectuer des ajustements à la déclaration fiscale de l’année 2000. Par conséquent si vous avez omis de déclarer quelque chose qui vous serait favorable, veuillez modifier votre déclaration d’ici le 31 décembre.

Remplir ses déclarations d’impôt est important, non seulement pour garder à distance l’ARC lorsque vous lui devez de l’argent, mais aussi afin de planifier correctement vos activités financières. En omettant de remettre votre déclaration d’impôt, vous ratez aussi l’occasion de vous ménager une marge de manœuvre au sein de votre REÉR et de votre CELI. Les investisseurs se priveront également de la possibilité de réclamer des pertes en capital encourues lors de la récente crise financière.

Terminer l’année sur une bonne note fiscale! Vous avez pleinement le droit de préparer votre déclaration au meilleur avantage fiscal de votre famille en allant chercher toutes les déductions et crédits fiscaux auxquels vous avez droit. Donc, remplissez vos déclarations d’impôt même rétroactivement et discuter avec votre conseiller en fiscalité de vos déclarations soumises antérieurement. Les erreurs et les omissions peuvent vous porcurer des remboursements d’impôt additionnels et vous aidez à éviter des pénalités et d’avoir à verser des intérêts si vous avez été délinquant par le passé.

CONSEIL 2 : Réduire les versements trimestriels afin d’investir davantage

Si vous êtes un investisseur qui connaît du succès, vous aurez probablement à payer des impôts supplémentaires sur le revenu en effectuant des versements trimestriels à un point donné. Les contribuables qui déclarent des revenus d'un travail autonome, ou d'autres sommes dont l'impôt n'a pas été retenu à la source peuvent aussi être assujettis à ce mode de versements si les impôts à verser sur le revenu au moment de la déclaration d'impôt excède 3000 $ l’année en cours ou pour l'une ou l’autre des deux années d'imposition précédentes.

Lorsque votre profil imposable concorde avec celui des versements trimestriels, vous commencerez à recevoir un avis de paiement régulier de l’ARC vous rappelant d’effcetuer votre ce-versement à la date d’échéance prévue, soit le 15 des mois de mars, juin, septembre et décembre. Les fermiers ne sont assujettis qu’à un seul versement par année, le 31 décembre, sur la base des deux tiers de leur revenu net.

Cependant, si votre revenu a diminué depuis votre dernière déclaration de revenu – ce qui est tout à fait possible à la suite de la récente déprime financière – l’ARC ne saura pas qu’elle doit réduire vos paiements et vous pourriez, en fait, les trop payer.

Bonne nouvelle : il est facile de réduire, sinon d’éliminer dans certains cas, vos versements trimestriels! Vous n’avez qu’à simplement écrire une lettre demandant une cotisation révisée en fonction de votre revenu estimé pour l’année en cours. Ensuite, profitez de vos liquidités supplémentaires pour rembourser vos cartes de crédit ou maintenir vos placements. Il s’agit tout simplement d’une façon de plus de gérer votre agent et de tirer avantage des nouvelles occasions d’améliorer votre rentabilité offerte par le marché.

CONSEIL 3 : Récupérer les déductions du revenu d’emploi

Cette année, prenez une résolution financière : faites le grand saut et apprenez-en davantage sur vos impôts. Ça peut être très avantageux – vous procurer davantage d’argent pour vos épargnes, par exemple – même si vous êtes un employé, dont les déclarations d’ impôts sont relativement faciles à préparer. Plusieurs employés ne savent toutefois pas qu’ils pourraient être admissibles à réclamer des frais courants afin d'augmenter leurs remboursements d'impôt.

Mais il yn a un hic : votre employeur doit certifier que vous deviez défrayer vous-mêmes ces dépenses, et qu'elles ne vous ont pas été remboursées. À cette fin, le formulaire T2200 Déclaration des conditions de travail, doit être signé.

Une fois ces formalités administratives en place, les économies d'impôt sur ces déductions peuvent être très lucrative. Demandez à votre fiscaliste si vous êtes admissible au remboursement de frais cette année du type de ceux qui suivent :

  • honoraires comptables et juridiques
  • dépenses pour véhicule moteur
  • dépenses de voyage, incluant le stationnement
  • fournitures utilisées directement aux fins de vos tâches (par exemple, la papeterie ou les cartes)
  • location de bureau ou certaines dépenses de bureaux à domicile
  • montants verses à un adjoint, qui peut être un membre de la famille
  • frais de promotion, si vous êtes un représentant des ventes à commission.

En savoir davantage pourrait encore mieux garnir vos poches pour des placements additionnels. N’ayez pas peur d’examiner plus avant vos droits relativement à votre déclaration de revenu en posant des questions plus avisées et tirer partie de tous vos frais usuels en cours d’emploi.

L'auteure

Photo of tax expert Evelyn Jacks

Evelyn est la fondatrice et présidente de Knowledge Bureau, la maison d'édition et de formation financière canadienne par excellence de l'industrie des services fiscaux et financiers. Elle est une auteure à succès prolifique, ayant publié 48 livres sur les impôt des particuliers et la gestion du patrimoine et une entrepreneure lauréate de très nombreux prix et distinctions.

Lisez son blogue ou suivez-la sur twitter sur //twitter.com/evelynjacks.

 

Essential Tax Facts, 2012 - Cliquez ici pour commander votre exemplaire du livre dès aujourd’hui (en anglais) Spacer

On le comprend, il est difficile d'être un expert dans la préparation de votre déclaration de revenus - quelque chose que vous ne faites qu'une fois l'an – mais, une fois de plus, l'auteure canadienne en fiscalité la plus fiable, Evelyn Jacks, vous vient en aide avec plus de 200 « faits fiscaux essentiels » rapides et simples que vous devez connaître pour être en mesure d'y parvenir efficacement et d'en tirer le meilleur avantage en 2011 et à l'avenir. Veuillez cliquer ici pour commander le livre (en anglais).

Clause de non-responsabilité de Knowledge Bureau : ©2010 Knowledge Bureau Inc. Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, transmise ou autrement utilisée dans quelque forme et de quelque façon que ce soit, ou gardée en mémoire dans une banque de données ou un système de recherche documentaire sans le consentement écrit préalable de l’éditeur. Cet article se veut de portée générale. Les lecteurs de cet article sont responsables de leurs propres actions et des conséquences de celles-ci. L’auteure et les éditeurs ne sont pas des conseillers professionnels, ils ne sont ni inscrits ni autorisés à vendre quelque produit de placement que ce soit, et l’auteure ne reçoit aucune compensation ou avantage et ne détient aucun intérêt relativement à la vente de tout produit de placement. Par conséquent, ils n’entendent assumer aucune responsabilité envers toute personne relativement à toute action posée ou conséquence encourue en raison ou sur la base du contenu de cet article.